03 juin 2007

Trois

Elles sont trois les personnes de la Trinité, quelque peu éclipsées par la fête des mères. Il aura fallu, aux chrétiens, presque 4 siècles de sérieuses querelles et quelques conciles, pour se mettre d’accord sur cette expression de leur Foi. Elle constitue à leurs yeux la moins mauvaise présentation d’un Dieu qui refusera toujours, toute tentative de définition .Si le dogme lui-même résiste à toute explication trop claire, le modèle trinitaire s’avère très fécond, car il touche au statut personnel, à la structure familiale et au code de la société.
Si l’Etre éternel n’est pas le tout-puissant solitaire que l’on a parfois dépeint, à plus forte raison, l’être humain, crée à son image, est-il un être de relation. Privé de relations, l’humain dépérit et meurt. Au moment où la planète se couvre d’un filet d’échanges, on est en droit de se demander si trop de communication ne tue pas la simple communion. On peut joindre, à l’instant, les antipodes et ignorer l’identité du premier voisin.
Si la divinité a voulu se faire foyer d’amour, il n’est pas étonnant que nos familles tendent à le devenir, de sorte que plus l’union y est manifestée et plus chacun y est respecté dans son originalité. En ces temps de violences et de délinquance, une mise en oeuvre du modèle trinitaire pourrait servir à l’accompagnement psychologique des drames familiaux.
Si Dieu se présente comme communion, ce n’est pas en vain que tous les hommes politiques dignes de ce nom cherchent à faire en sorte que leurs compatriotes vivent « ensemble égaux et différents ». Encore faut-il réfléchir sur le genre d’égalité à promouvoir. Tant que nous la conjuguerons sur un rythme binaire, pauvres et riches, ruraux et urbains, intégrés et exclus ; tant que le Bien commun de la Nation sera l’enjeu d’une majorité et d’une opposition ; tant que notre département se divisera entre Basques et Béarnais comme si tous les autres n’existaient pas ; l’égalité des uns se fera sur le dos des autres. En ces temps d’élections et de triangulaires annoncées, la Trinité pourrait nous fournir un superbe programme électoral ! Candidats pas sérieux s’abstenir !

Tant que nous rechercherons une uniformisation des privilèges par le haut nous ne ferons qu’attiser les frustrations et les rivalités. La communion des hommes ne se fera qu’autour de la seule tâche digne d’une société vraiment humaine : donner à chacun sa juste place et la première de toutes au faible, à l’handicapé, au déshérité. C’est l’honneur de la société humaine que de protéger le plus démuni. Le monde animal ne sait pas le faire.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

lu

Anonyme a dit…

lu

Anonyme a dit…

lu

jb a dit…

..."tant que le Bien commun de la Nation sera l’enjeu d’une majorité et d’une opposition." Une démocratie vraie ne peut exister sans une opposition, sinon c'est la voie ouverte à tous les extrémismes... Encore faut-il une opposition de proposition et non, seulement, de destruction systématique, ce qui est le cas dans notre système français ! Avec mon chaleureux bonjour...

CASANAVE a dit…

merci JB et d'accord avec vous. J'aurais dû dire "tant que le Bien commun sera l'enjeu de batailles rituelles entre une majorité et...